ite/frères en marche
 

Transmettre la foi - La transmission de la foi: un défi dans la diversité   

frères en marche – Revue missionnaire des Capucins suisses

Chères lectrices, chers lecteurs

Nous sommes tous «enfants de notre temps», comme Jésus l’est aussi du sien en fréquentant la synagogue où les Ecritures sont proclamées et commentées. Sa pratique religieuse est imprégnée par son entourage. Sa conscience religieuse va peu à peu se préciser et va se démarquer des siens. Divers témoignages de ce numéro venant d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine, nous aident à percevoir l’expérience à la fois d’un milieu et la démarche personnelle et collective qui approfondit le rapport à la foi au Christ.

La transmission de la foi se vit dans le témoignage communautaire ou personnel. La rencontre est déterminante. Nous ne cheminons pas seuls mais en communauté de vie et donc de partage de la foi. Les disciples d’Emmaüs et leur questionnement, comme aussi leur partage du pain avec Jésus, nous aident à nous situer dans notre propre cheminement. D’une pratique sociologique, on passe de plus en plus à une pratique bien ancrée dans une relation privilégiée avec la personne de Jésus, Sauveur, Libérateur et en lien avec une communauté.

En cette année de la miséricorde, sans doute sommes-nous conscients que c’est dans une attitude d’humilité, donc de pauvreté intérieure et de pardon que nous expérimentons la miséricorde. Que de parents se désolent de voir leurs enfants ne plus pratiquer, tout en reconnaissantqu’ils portent en eux des valeurs évangéliques. La foi n’enferme pas mais

ouvre des horizons nouveaux de solidarité.

Pourquoi ne pas repenser à notre parcours de vie sous l’angle de la foi. «La communauté de l’Eglise n’est pas parfaite, bien loin de là.» «Les chrétiens ne sont pas meilleurs que les autres et les pratiquants non plus.» Pourquoi? Prendre ses distances, c’est parfois salutaire. Se couper de sesracines et de Celui qui ne cesse de les régénérer en est autre  et je croisque finalement ce qui demeure fondamental, c’est le souffle de l’Esprit sur l’humanité entièr. Merci de nous être fidèles, vous, chères lectriceset lecteurs.

Bonne lecture et bel été

Fr. Bernard Maillard, rédacteur