ite/frères en marche
tout le magasin PDF tout le magasin PDF

Le salut dans la rencontre   

La rencontre de Marie et Elisabeth caractérise la pastorale de proximité

Les unités pastorales ne cessent de s’agrandir dans les diocèses de langue allemande ce qui tend à la centralisation. Dans le diocèse de Poitiers, en revanche, une pastorale de la proximité se met en place et la Conférence des évêques de France promeut la pastorale d’engendrement. La rencontre de Marie et Elisabeth est le modèle de cette nouvelle manière de concevoir la pastorale.

Das Heil entfaltet sich in menschlichen Beziehungen.
Frühe Bilder von Ferdinand Gehr in der Antoniuskapelle in Mels.

Déjà très éveillé, Michele déambule dans le couloir à peine éclairé pour la prière du matin. «Bonjour, homme de Dieu», me susurre-t-il doucement à l’oreille à moi, somnolent comme un loir. Tous les matins, j’entends l’expression de mon frère italien: «Bonjour, homme de Dieu». Et cette révélation me fait du bien. Elle définit qui je suis et ce à quoi j’aspire, ce que je désire devenir. Quand aujourd’hui, de retour en Suisse, je me dirige, mal éveillé, à la prière du matin, la salutation «Buongiorno, uomo di Dio» m’accompagne tout naturellement et cela signifie pour moi plus que de simples mots.

Béni sois-tu

Aujourd’hui, dans le Nord de l’Europe, beaucoup de paroisses et de communautés paroissiales sont regroupées. Même si ce n’est pas la seule cause, le manque de prêtres en est la raison principale. Dans des ordonnances, on énonce ce que les laïcs ou les prêtres ne doivent pas faire, ou au moins ce que les théologiens doivent éviter de faire. Quel contraste avec ce que Luc raconte dans son évangile! (cf. Encadré Lc 1,39–56: la visitation de Marie et Elisabeth). «Béni sois-tu» ... «Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit s’est rempli d’allégresse à cause de Dieu, mon sauveur.» C’est la rencontre de deux laïques qui, remplies de l’Esprit saint, vivent la proximité et, touchées par Dieu, se disent la promesse et se reconnaissent l’une l’autre. «La reconnaissance mutuelle de leur maternité confère à chacune des deux femmes une dignité accrue. C’est Marie qui rend visite à Elisabeth, ce qui porte d’abord l’attention sur la mère du Baptiste. Mais avec le mouvement de Jean dans le ventre de sa mère, ... le mouvement se tourne vers Marie», décrit le récit de l’évangile de Luc, selon le théologien François Bovon. Un peu plus loin, le théologien précise ce qui se passe: «A son initiative, Dieu fait se rencontrer les êtres humains: le salut se déploie dans les relations humaines.»

Révéler à l’autre sa vocation

Par la rencontre avec Marie et sa salutation, Elisabeth apprend quelle promesse se réalise en elle, la vieille dame stérile. Elisabeth dit à Marie qui elle est, qu’elle est une femme bénie par Dieu. La rencontre de Marie et Elisabeth révèle leur identité et leur vocation propre. Vivre de la foi signifie ici être capable de s’ouvrir à l’autre dans la rencontre et ainsi consentir à l’appel de Dieu.

Comme fruit du Concile Vatican II, Fr. Marcel Durrer, capucin de la Suisse romande, voit un changement de paradigme pour la pastorale. Aujourd’hui il s’agit de mettre en oeuvre une pastorale d’engendrement. Il ne s’agit plus pour les prêtres, les théologiens, les catéchètes, les agents et les agentes de pastorale de parler de haut en bas, de transmettre la foi du haut de leur savoir, mais plutôt, que dans la rencontre, par les autres ils découvrent leur identité d’agent de pastorale et leur engagement pour le Royaume de Dieu.

Adrian Müller, www.adrianm.ch

Traduction Marcel Durrer


La visitation

En ce temps-là, Marie partit en hâte pour se rendre dans  le haut pays, dans la ville de Judas. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth. Or, lorsqu’Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant bondit dans son sein et Elisabeth fut remplie de l’Esprit Saint. Elle poussa un grand cri et dit: «Tu es bénie plus que toutes les femmes, béni aussi est le fruit de ton sein! Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur? Car lorsque ta salutation a retenti à mes oreilles, voici que l’enfant a bondi d’allégresse en mon sein.

Bienheureuse celle qui a cru: ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira !» Alors Marie dit: «Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit s’est rempli d’allégresse à cause de Dieu, mon sauveur, parce qu’il a porté son regard sur l’humiliation de sa servante. Oui,

désormais, toutes les générations me proclameront bienheureuse, parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses: saint est son Nom. Sa bonté s’étend de générations en générations sur ceux qui le craignent. Il est intervenu de toute la force de son bras; il a dispersé les hommes à la pensée orgueilleuse; il a jeté les puissants à bas de leurs trônes et il a élevé les humbles; les affamés, il les a comblés de biens et les riches, il les a renvoyés les mains vides. Il est venu en aide à Israël son serviteur en souvenir de sa bonté, comme il l’avait dit à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa descendance pour toujours.» Marie demeura avec Elisabeth environ trois mois, puis elle retourna chez elle.

Luc 1,39–56: La visitation, modèle de la pastorale d’engendrement