ite/frères en marche
tout le magasin PDF tout le magasin PDF
document PDF

Les capucins suisses et la mission   

Un regard sur l’histoire des capucins

Au cours des 19e et 20e siècles, 340 capucins ont œuvré comme missionnaires en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Il y en a eu aussi en Russie et aux USA et même en chez nous, aux Grisons. Un coup d’œil rapide sur ces engagements.

340 Missionare
Ein Traktor wird geflicktUnterrichten ist ein grosses Wirkungsfeld der Kapuziner

Les capucins, branche réformée de l’Ordre fondé par S. François d’Assise, arrivèrent de l’Italie en 1535 et s’établirent à Bigorio, au Tessin. Et c’est en 1581 qu’ils s’installèrent au nord des Alpes, à Altdorf. La province suisse des capucins tire son origine de la volonté de St. Charles Borromée qui a envoyé les premiers capucins comme missionnaires pour réformer l’Eglise dans l’esprit du Concile de Trente et aussi par la suite pour faire barrage à la Réforme protestante. Aujourd'hui la mission signifie un service de solidarité dans la compréhension inter-religieuse au sein et à l'extérieur de l'Ordre des Capucins.

Aujourd'hui la mission signifie un service de solidarité dans la compréhension inter-religieuse

Notre présence dans les Grisons

Nous avions une place dominante dans le diocèse de Coire. En 1621 est érigée la mission rhétique qui est chargée de travailler à la Contre-réforme dans la partie romanche et elle fut confiée aux capucins italiens. Par contre, les capucins suisses eurent alors la charge pastorale de la partie alémanique. Dans la première phase de ce travail de reconquête catholique, Fidelis Roy de Sigmaringen, premier gardien du couvent de Fribourg envoyé en mission, fut massacré à la sortie d’une prédication, à Seewis, près de Coire. Dans ce territoire de mission confié aux Capucins, il y eut jusqu’à 86 paroisses et chapellenies. Et il y reste aujourd’hui des églises qui sont des chefs d’œuvre.

En Valais

Une autre mission des capucins a été celle du Valais qui s'est engagée pour les cantons catholiques de la Confédération suisse contre les calvinistes

Une autre mission des Capucins suisses a été celle du Valais qui s'est engagée pour les cantons catholiques de la Confédération suisse contre les calvinistes. Le couvent de St-Maurice, fondé en 1610 et celui de Sion en 1631, comme aussi celui de Brigue en 1659, de courte durée, eurent en effet, comme objectif de travailler à la contre-réforme. Ces implantations furent l’œuvre des capucins de Savoie envoyé par St François de Sales, alors évêque de Genève. Les capucins suisses, juste avant la Guerre de Trente An (1618-1648), s’implantèrent dans le Sud de l’Allemagne et dans la partie occidentale de l’Autriche, comme aussi en Alsace.

 

En Russie et en Inde

Les Capucins suisses furent aussi engagés dans la mission de Russie, de 1720 à 1759 avec des communautés à Moscou, à St-Petersburg et à Astrachan. Cette présence doit être mise en relation avec l’expansion économique, avec l’échange culturel avec l’Europe de l’Ouest tout particulièrement sous le règne du Tsar Pierre le Grand et ses successeurs et elle fut aussi une assistance pour les Suisses émigrés dans ce pays.

En Inde, ce fut Mgr Anastasius Hartmannn de Altwis (Lucerne) qui s’y distingua d'abord de 1843 à 1856 puis de 1860 à 1866. Il mourut à Patna en odeur de sainteté en 1866. Comme pasteur et homme de sciences, il nous légua des publications de grand intérêt comme le Nouveau Testament en Industani.

Aux Etats-Unis- au Brésil et au Chili

Le Père Antoine-Marie Gachet de Gruyères travailla aux Etats-Unis au cours du 19e siècle et se distingua par ses travaux ethnographiques consacrés à une tribu indienne. Il travailla par la suite avec Mgr Hartmann en Inde (voir l’article qui suit).

Au Brésil, c’est un capucin valaisan, le Père Candide Sierro, d’Hérémence qui, au cours du 19e siècle, fut nommé Vice-Préfet apostolique de Pernambuco et mourut massacré par les Indiens Amanajès en 1874. Le Père Felix Christen d’Andermatt prit le relais au Brésil. Il s’engagea par la suite au Chili auprès des Indiens Mapuchés et il y travaillé en collaboration avec les Capucins bavarois. Il s’illustra par la construction de nombreuses écoles et églises.

En Europe de l’Est

Les Pères Willibald Steffen et Cosmas Wicki, tous deux de l’Entlebuch, furent l’un après l’autre au service de la mission en Europe de l’Est. Le premier était engagé dans la Doburdscha (en Roumanie et Bulgarie). Le second à Sofia, où il était curé pour les catholiques de la capitale, professeur dans nos études de théologie et finalement conseiller du roi Ferdinand de Coburg jusqu’à son retour en Suisse en 1918.

Le Capucin d'Entlebuch Kosmas Wicki a été conseiller du Roi Ferdinand de Coburg

Réforme de l’engagement missionnaire

Le P. Bernard Christen d’Andermatt, ministre général de 1894 à 1908, engagea un grand renouveau de l’Ordre et dans ce sens voulut étendre l’engagement missionnaire de l’Ordre. Au début de son mandat, les missions avaient souffert des révolutions et des guerres, comme aussi d’une crise dans l’Ordre. Il y avait une chute des envois en mission. Il manquait en fait une instance de coordination des engagements missionnaires.

Pour remédier à cette situation, le Général prit trois mesures:

               – Il plaça les missions sous sa responsabilité en créant un poste de secrétaire des missions, collaborant étroitement avec lui

               – Attribution des territoires de mission aux provinces

               – Introduction d’un Statut des missions

Territoires de missions suisses

Le P. Adelhelm Jann de Stans, missiologue, s’investit au cours d’un chapitre provincial à ce que les Capucins suisses, comme tels, s’engagent à prendre en charge des territoires de mission et sa prise de position fut largement comprise.

Les Capucins suisses reçurent du Généralat en 1920 ce qui était appelé «L’Afrique de l’Est allemand» vu que les missionnaires allemands y avaient été expulsés suite à la Première Guerre mondiale. Cette ancienne colonie allemande devient alors la Tanzanie actuelle. En 1922,  ils se virent confier les îles Seychelles dont la province de Savoie avait jusqu’alors la charge.

Fr. Meinhard Inauen, alors aumônier militaire, a empêché un bain de sang en pressant alors les soldats à déposer les armes.

Avec les Sœurs de Baldegg

Les capucins suisses ont pu compter dès le départ sur l'appui des Sœurs de Baldegg, ce qui permit une franche collaboration dans toutes les œuvres éducatives et sanitaires. Capucins et Sœurs de Baldegg ont en quelque sorte contribué à l’indépendance de ce pays dont le premier Président, Julius Nyerere, sut reconnaître l’apport des missionnaires à la vie de l’Etat. Lors de l’insurrection de l’armée, Fr. Meinhard Inauen, alors aumônier militaire, a empêché un bain de sang en pressant alors les soldats à déposer les armes.

Christian Schweizer, archiviste des Capucins suisses


Depuis le début de notre engagement missionnaire, nous avons publié des récits de la vie missionnaire, de la croissance de l’Eglise locale en Tanzanie et aux Seychelles. Notre revue portait autrefois le nom de «Courrier d’Afrique». Aujourd’hui, avec son nouveau titre de «Frères en marche», elle retrace non seulement nos engagements mais prend en compte tous les grands thèmes de la vie de l’Eglise et de nos options pour plus de justice et de paix, comme aussi pour la préservation de l’environnement.

La liste des missionnaires nous donne aussi une idée de leur lieu d’insertion. De nos quinze missionnaires devenus Evêques, deux ont travaillé en Tanzanie (Gabriel Ziegler et Edgar Maranta), trois aux Seychelles (Justin Gumy, Ernest Joye, Olivier Maradan) et un au Tchad (Gabriel Balet). Quant à Mgr Paul Hinder,  il est Vicaire apostolique de l’Arabie du Sud, résidant à Abu Dhabi.