ite/frères en marche
 

Le Pape François et les enfants   

Nicht alle Kinder haben zu essen | © Fernand Rausser

Dans sa traditionnelle homélie de Noël de l’an dernier, le pape François a évoqué «la simplicité fragile d'un petit nouveau-né, la douceur de son être couché, la tendre affection des langes qui l'enveloppent». «Là est Dieu», a-t-il insisté.

«Laissons-nous interpeller par l'Enfant dans la mangeoire, mais laissons-nous interpeller aussi par des enfants qui, aujourd'hui, ne sont pas couchés dans un berceau et caressés par la tendresse d'une mère et d’un père, mais qui gisent dans les sordides 'mangeoires de la dignité: dans le refuge souterrain pour échapper aux bombardements, sur les trottoirs d'une grande ville, au fond d'une embarcation surchargée de migrants», a lancé le pape François.

«Laissons-nous aussi interpeller par les enfants qu'on ne laisse pas naître», a poursuivi le pape, qui répète souvent son aversion pour les avortements. Il a aussi demandé aux catholiques de penser aux enfants qui «pleurent parce que personne n’assouvit leur faim» et «ceux qui ne tiennent pas dans leurs mains des jouets, mais des armes»… Avec Marie et Joseph, restons devant la crèche, devant Jésus qui naît comme pain pour ma vie. Disons-lui: merci, parce que tu as fait tout cela pour moi.


documents