ite/frères en marche
 

Du sang neuf - Les défis pour le catholicisme suisse   

frères en marche – Revue missionnaire des Capucins suisses

Chères lectrices, chers lecteurs

Après un numéro consacré à l’art chrétien hors de notre continent, nous abordons un sujet récurrent de nos réflexions, à savoir «quel avenir pour nos communautés?» quand les participants à nos liturgies dominicales représentent généralement une tranche d’âge plus ou moins marquée.

Nous n’ignorons pas la dynamique des communautés linguistiques appelées «les Missions catholiques». Elles jouent toujours un rôle primordial de cohésion dans la foi et dans la vie de ces migrants venus chercher du travail chez nous ou s’y réfugier.

Ces communautés se sont multipliées et il est bon de savoir que même les catholiques chinois se retrouvent accompagnés.

A «Migratio», organisme de la Conférence des évêques suisses, revient la prise en charge organisationnelle et financière, s’il y a lieu, de la pastorale de ces diverses communautés. Il y a des pas qui se font pour une plus grande collaboration avec les paroisses. Des «missions» nouvelles s’imposent aussi.

Nous abordons aussi dans ce numéro la présence des prêtres étrangers. Il y a les pour et les contre. Nous n’allons pas prendre parti, mais simplement signaler que l’Eglise est «catholique» par l’Esprit qui souffle partout, ici et au loin. Il y vraiment une Pentecôte sur le monde.

Dans sa lettre pastorale d’entrée en Carême intitulée «L’Évangile qui continue», Mgr Charles Morerod, évêque de LGF nous le rappelle en ces termes: «La première condition pour l’avenir de l’Église, c’est que l’on puisse dire: l’Église, c’est l’Évangile qui continue».

Nous cherchons des recettes, des méthodes. La première stratégie, c’est de vivre l’Evangiles, d’être avec le Christ, et d’être avec lui ensemble. Nous pouvons exprimer notre propre « stratégie » en empruntant les mots de Saint-Pierre: «Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle».

Bonne lecture pour un regard neuf sur l’avenir de l’Église qui est en Suisse. Les baptisés de tous horizons y jouent aussi notre aveni r…

Bernard Maillard